Dividus

Compagnie Ayaghma | chorégraphie Nacim Battou

  • lundi 29/11/2021 - 14:30
  • Durée : 1h00
 Le site de la compagnie
dossier pédagogique       fiche projet EAC       accueil spectacles
  • Une communauté d’humains aux univers et aux esthétiques différents, immergée dans une société à bout de souffle, fait jaillir une danse de la sensation. Sensation de vide, de déséquilibre, de contact à l’heure de la disparition du spectacle vivant… Par le truchement de la fiction, Dividus questionne sa place et sa nécessité en (re)convoquant habilement le vivant.

    Que restera-t-il après que les lumières du théâtre s’éteignent ? Qu’avons-nous dit de si nécessaire dans ces lieux ? Que manquera-t-il ensuite ? Qu’avons-nous manqué ? Qu’avons-nous réussi ? s’interroge Nacim Battou. Ici, le danseur et chorégraphe s’entoure d’un collectif de singularités libres, de compagnons-artistes avec lesquels il n’hésite pas à tronquer les mots pour dire ses émotions sur scène et dans la vie à l’heure d’une paternité nouvelle. Pour porter notre attention sur le futur du monde : Quelle planète ? Quels savoirs, quelle société laisserons-nous ? Quelles sensations ? Autant de questionnements qui traversent cette pièce au titre inspiré des écrits de Keiichiro Hirano, portés par une écriture hip hop frottée à la danse contemporaine ou au cirque. Une gestuelle singulière et universelle à la fois car danser partout et pour tous est son credo ; une danse populaire faite de rencontres et de croisements comme un miroir tendu aux dividus fédérés autour de son projet.

    La presse en parle

    Réunissant des interprètes aux techniques variées, Nacim Battou interroge avec Dividus la nécessité du spectacle vivant. Avec Dividus Nacim Battou, qui a monté sa compagnie Ayaghma en 2015, nous plonge dans une fiction d’anticipation. (...) Dans le laboratoire de recherche qui s’ouvre sous nos yeux, les témoins du passé qui se meuvent viennent de tous horizons, ils sont circassiens, danseurs de hip hop ou contemporains. Car il s’agit de témoigner de notre temps et non d’une esthétique particulière, d’inventer un vocabulaire commun tout en ne reniant jamais la personnalité de chacun. C’est d’ailleurs ce qu’exprime le titre choisi par Nacim Battou pour cette pièce. Terme emprunté au philosophe et romancier japonais Keiichiro Hirano, le « dividu » réunit toutes nos personnalités, nous définit en tant qu’individu comme en tant qu’être social. Delphine Baffour, Journal La terrasse.fr

    Avec son écriture chorégraphique hybride, à mi-chemin entre la danse contemporaine et le hip-hop, Nacim Battou recherche le fondement du mouvement et le sens originel de la danse. Il inscrit ainsi sa démarche dans une tension entre modernité et danse ancestrale transcendée par la mémoire collective. DIVIDUS est une fiction. Une fiction qui se passe quelques dizaines d’années dans le futur. Un futur où l’on aurait oublié les raisons du spectacle vivant, ses codes, ses critiques, ses acteurs… Journal Ventilo.fr

  • Mentions Obligatoires

    • Création pour 7 danseurs.
    • Coproduction Théâtres en Dracénie, scène conventionnée art et création-danse
    • dans le cadre du FESTIVAL DE DANSE DE CANNES 2021


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.